Mounia Bouchra

Née en 1990 à Agadir
L’artiste a grandi dans la ville de Agadir, au sein du quartier de Anza, marqué par les séquelles du séisme de 1960. Dans ces villes détruites, que ce soit par des guerres ou par des catastrophes naturelles, l’histoire disparaît sous les machines de l’urbanisme et confère à cette terre pleine de mémoires, l’impression qu’elle est sans histoire. «Amsernat» est un quartier qui fait réfé- rence à «Ames sur Nattes». Cette appellation témoigne de ce lieu qui a été une cité refuge où les rescapés dormaient sur des nattes. Au l des années ce nom a été déformé. Cet ef- facement du nom d’origine a amené l’artiste à établir un parallèle avec les sentiments. L’artiste travaille sur la métaphore du séisme pour s’interroger sur les accidents de la vie qui nous frappent violemment et nous bou- leversent. Elle regarde ces séismes comme les événements violents qui arrivent dans une vie, Elle utilise l’art cinétique pour créer une œuvre provoquant des vibrations au sol et dont la sensation nous invite à une intros- pection. Les ondulations au sol provoquent chocs et émotions chez le spectateur, le séisme ressenti est personnel et émotionnel.