Amine Asselman

Né en 1989 à Toulouse

Le travail de l’artiste oscille constam- ment entre esthétique et revendication, entre fonctionnel et artistique. Nous vivons dans un monde capitaliste qui propose la globali- sation comme solution aux con its de l’hu- manité. Une solution qui prétendrait ouvrir les frontières, mais nalement ce que cela a réellement entraîné c’est la montée de murs et de clôtures. Les frontières ne sont pas seu- lement ces barrières qui séparent les pays en con it, elles sont économiques et politiques. Les frontières se trouvent au sein des pays eux-mêmes, voire à l’intérieur des villes et des quartiers. L’urbanisation actuelle génère de nouvelles formes de mobilité, mais aussi de nouvelles frontières entre le centre et la périphérie. L’artiste nous propose une illus- tration de cette contradiction qui s’est insé- rée dans notre paysage quotidien. Ces postes électriques très présents dans notre environ- nement sont le symbole de la globalisation, bien que les pics fassent directement al- lusion aux barrières et aux frontières aussi omniprésentes dans notre vie quotidienne.